PLFSS 2015

PLFSS 2015

 

   Le PLFSS, ou Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale, est un dossier qui revient chaque année sur la table et qui est à chaque fois au centre de nombreuses discussions et débats plus ou moins enflammés.

La loi de financement de la sécurité sociale qui en découle a pour but de cadrer le budget de la sécurité sociale et de fixer l’ONDAM (Objectif National des Dépenses de l’Assurance Maladie). Cette année ne déroge pas à la règle, ce PLFSS 2015 s’inscrit dans la continuité des derniers : le rétablissement des comptes reste une priorité immuable. Ce rétablissement impliquant la réduction des déficits passera par des « efforts significatifs sur les dépenses ».

Le PLFSS 2015 a été adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale, et sera étudié par le Sénat au cours du mois de novembre. Au programme de ce projet, nous pouvons retrouver des thèmes phares comme le renforcement de l’accès aux soins et aux droits, qui se concrétisera par la généralisation du tiers payant, et la suppression des franchises pour les personnes dont les revenus ne dépassent pas le seuil de pauvreté. Le gouvernement prévoit également la poursuite de la promotion des médicaments génériques.

Cette année encore la réduction du taux de progression de l’ONDAM passera par une baisse annoncée du prix des médicaments qui inquiète de plus en plus la profession. Même si des économies sont envisagées par le biais de l’amélioration des dépenses hospitalières et par le développement du « virage ambulatoire », les professionnels du monde de la santé s’inquiètent des conséquences que pourraient avoir les efforts demandés. La branche médicament se fragilise d’années en années, et l’innovation thérapeutique, clé de voute d’un système de santé efficient, pourrait faire les frais de ces mesures. En effet, sur les 3,2 milliards d’euros d’économies prévues, plus de 1 milliard concernent exclusivement le domaine du médicament.

Voici quelques réactions d’acteurs importants de la profession :

– « un impact réel sur la chaîne du médicament, celle-ci ne pouvant pas assumer davantage d’économies »
Philippe Besset, vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF)

– « La situation aujourd’hui est véritablement catastrophique. Certaines pharmacies vont disparaître. Les petites officines, rurales ou de centre-ville, situées dans des zones en difficulté ou ayant perdu leurs médecins »
Philippe Becker, expert comptable chez Fiducial.

– « Le déficit de la Sécurité sociale est avant tout un problème de recettes ». Pour donner plus de visibilité aux entreprises, il plaide en faveur d’un PLFSS trisannuel, ouvrant la voie à des réformes structurelles de long terme et permettant le financement du système et des produits innovants.
Patrick Errard, président du LEEM.

– Dans ce contexte de baisses de prix récurrentes, la nouvelle rémunération, qui doit se mettre en place au début de l’année prochaine, représente une bouée de sauvetage. En effet, « elle permet de commencer à détacher les revenus des pharmaciens des prix et des volumes, même si cela reste encore insuffisant »
Philippe Gaertner (FSPF)

– La piste de l’honoraire à la boîte doit être révisée. « Nous devons trouver un accord qui lie davantage la rémunération à l’ordonnance, en particulier pour celles qui ne sont pas suffisamment rémunératrices »
Gilles Bonnefond (USPO)

I footnotes