Medic’Action

Médic’Action est un projet global et ambitieux de l’ANEPF autour du médicament et des produits de santé ; ces derniers faisant souvent l’objet de craintes et d’idées préconçues. Aujourd’hui, de nombreux constats peuvent être faits, le principal étant que le patient reste ignorant sur sa santé.

 

En tant que futurs professionnels de santé et garants de la santé publique, les étudiants en pharmacie ont la volonté de se mobiliser pour informer et sensibiliser la population, quel que soit son âge, sur le médicament de manière globale, et en même temps précise et cohérente. En apportant transparence et informations, nous espérons impacter sur l’accès à la santé et donc indirectement sur l’état de santé de la population.

 

Nous souhaitons pour cela multiplier nos canaux d’informations et formats d’actions afin de sensibiliser le plus d’individus possibles. Nous croyons en la capacité et la nécessité d’investissement dans la santé publique, qu’il soit financier ou humain, et mesurons notre rôle dans sa promotion au niveau local, national, ou bien encore international. Le Label Médic’Action permettra de développer la créativité de nos associations tout en gardant une cohérence d’idées, de propos, de communication mais aussi et surtout de ligne de conduite.

Ce projet a déjà été récompensé par la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes) lors du Project Fair en septembre 2016.

 

 

La Vaccination 

 

Bien que la couverture vaccinale ait augmenté ces dernières années, d’après les données de l’Institut National de Veille Sanitaire (InVS), nous observons une recrudescence de maladies telles que la rougeole pouvant être de gravité majeure chez les personnes à risque.

 

C’est avec ce constat que l’ANEPF a choisi de lancer sa première campagne Medic’Action autour de la vaccination. Lors d’une semaine dédiée, des infographies ont été diffusées sur les réseaux sociaux avec le principe du VRAI/FAUX, ainsi que des “PicNomination” (= une personne postant une photo sur le thème de la vaccination et mentionne 3 amis pour qu’ils le fassent à leur tour).

 

Cette campagne sur les réseaux sociaux a été relayée plus de 2000 fois, aussi bien en France et à l’étranger (Canada, Belgique, Suisse, Afrique).

 

La contrefaçon du médicament

 

La falsification des médicaments devient de plus en plus dangereuse en termes de santé publique. Les médicaments falsifiés, en plus d’avoir la forte probabilité de ne pas contenir de principe actif, peuvent contenir des produits dangereux pour la santé. La nécessité d’un contrôle à toutes les étapes du circuit du médicament, par un pharmacien, est la seule garantie de sûreté et de conformité possible des médicaments.

 

Pour cette deuxième campagne, nous avons souhaité un impact fort, c’est pour cela qu’en collaboration avec l’Institut de Recherche Anti Contrefaçon de Médicament (IRACM), l’Institut National de Protection Intellectuel (INPI), l’Ordre National des Pharmaciens et le Comité National Anti Contrefaçon (CNAC), un flyer « Voyager avec des médicaments » a été réalisé et distribué dans toutes les pharmacies de France. Ce flyer est à destination de tous les patients partant à l’étranger. Plus d’un million de flyer ont été distribués lors de cette campagne !

 

De plus, comme pour notre précédente campagne, des infographies VRAI/FAUX ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Prenez vos précautions avec l’automédication

Tout patient venant en pharmacie est pris en charge et est orienté par le professionnel de santé sur les indications et les effets indésirables du ou des médicament(s) de conseil. Pourtant, le public doit être sensibilisé sur le fait que l’utilisation de médicaments, même sans ordonnance, comporte des risques : mauvaise correspondance entre produit et pathologie, mauvais dosage, interaction médicamenteuse…

 

Cette campagne, lancée le 21 décembre, s’est articulée sur 3 thématiques : mal de tête, mal de ventre et fatigue. Ces thèmes ont été choisis en vue des fêtes de fin d’année.

 

Des infographies ont été diffusées sur les réseaux sociaux sous forme de questions (QCM ou Vrai/Faux) pour permettre une interaction avec le public. 7 questions ont été partagées puis les réponses à chacune. Pour conclure chaque thème, une fiche thématique résumant les informations importantes.

 

La question sur la Paracétamol (question primordiale) a eu une portée de plus de 18 000 personnes.